Solidaire international > Russie

 

La Sibérie constitue la partie Est de la Russie et la partie Nord de l’Asie. Elle est caractérisée par un climat froid et extrêmement continental. Sa surface représente environ 24 fois celle de la France et 77 % de la surface totale de la Russie. Elle n’est peuplée que de 39 millions d’habitants, soit 27 % de la population totale de la Fédération russe. La Sibérie a connu un formidable développement au cours du XXe siècle grâce à une politique d’investissement volontariste du régime soviétique cherchant à mettre en valeur les immenses ressources minières et énergétiques de cette région. Rappelons qu’un petit dossier avait été consacré à la Fédération russe dans le n°2 de Solidaires International.

 

Russie

Forum social sibérien

Cariné Clément*

mis en ligne : 14/05/2008

 

* D’origine française, Carine Clément est chercheuse à l’Institut de sociologie de l’Académie des sciences de Russie. Elle participe à l’animation de l’Institut de l’action collective (IKD) qui regroupe des chercheurs et des militants. Cet institut joue le rôle de coordinateur technique de l’Union des conseils de coordination régionaux (SKS) et diffuse quotidiennement des informations sur son site www.ikd.ru

 

Du 3 au 5 août 2007 s’est tenu à Novossibirsk la quatrième édition du Forum Social Sibérien, auquel s’était adjoint cette année une assemblée des mouvements sociaux et syndicaux de Russie. Pendant trois jours, plus de 250 délégués, venant de 32 régions de Russie, ont travaillé à rapprocher leurs points de vue et à mettre en place réseaux et plans de campagne. Les participants au Forum représentaient un large éventail d’initiatives sociales, de mouvements ou d’organisations syndicales. Nettement marqué à gauche et dans la tradition altermondialiste, le Forum a également fait une place aux débats sur les orientations politico idéologiques, très différentes selon les groupes considérés. Néanmoins, la majeure partie des discussions a porté sur des questions plus pratiques et concrètes, concernant les méthodes de lutte et les moyens de l’auto-organisation. Surtout, le Forum s’est déroulé sous un mot d’ordre sans cesse répété – la solidarité.

Et pourtant tout aurait pu mal finir. À la veille de l’ouverture du Forum, les organisateurs locaux ont appris que le pensionnat où devaient être logés les participants avait soudain été infecté d’un dangereux virus, que les lieux de tenue du Forum avaient été fermés pour réparation et que le rassemblement prévu sur la place principale de la ville était empêché par des festivités musicales. Il en fallait plus pour freiner les militants, qui ont fait le siège de l’administration régionale pendant toute la matinée du 3 août, exigeant une rencontre au sommet et la levée des obstacles à la tenue du Forum. Le piquet a été levé à la suite de négociations avec le vice-gouverneur promettant de résoudre le problème.

Le rassemblement de l’après-midi, malgré tout, est resté interdit, ce qui n’a pas dissuadé les militants. Pendant deux heures, toutes les délégations se sont présentées et ont scandé des slogans hostiles aux pouvoirs locaux. Les policiers ont tenté des arrestations, mais la foule s’est interposée. Finalement, le pensionnat ayant été « désinfecté », les participants au Forum ont pu rejoindre les lieux pour la nuit – un endroit magnifique perdu dans la Taïga et au bord d’un lac immense. Mais, à la dernière minute, les organisateurs ont dû tout de même trouver un lieu alternatif pour la tenue du Forum. Prudence oblige, l’adresse du lieu a été tenue secrète jusqu’au dernier moment. L’atmosphère de clandestinité n’a d’ailleurs fait que renforcer l’esprit d’euphorie qui régnait lors de la première plénière, présidée par les représentants de la coalition locale – le Comité d’actions solidaires de la région de Novossibirsk, coordination fondée lors des soulèvements massifs des retraités contre la réforme du système de sécurité sociale, début 2005, et rassemblant syndicats, associations d’habitants et groupements de gauche. Le dynamisme de cette coalition, ainsi que la forte présence de l’Union des conseils de coordination de Russie, réseau interrégional de luttes sociales en particulier sur le problème du droit au logement, ont joué un rôle très positif dans les débats, en faisant partager leur expérience.

Le travail en ateliers s’est effectué autour de six thèmes principaux : le droit au logement et l’auto-organisation des habitants, le droit du travail et les syndicats, les problèmes écologiques et les réponses à apporter, la violation des droits de l’Homme, la résistance à la commercialisation de l’Éducation et le problème des retraites.

L’atelier sur les retraites a rapidement analysé la situation : tout le monde est tombé d’accord pour qualifier de scandaleux le montant misérable des retraites (autour de 80 euros par mois, soit environ 25% du salaire moyen), qui ne permettent à personne de vivre, et même de survivre. La discussion a donc plutôt porté sur les actions à mener pour obliger le gouvernement à augmenter massivement les retraites (jusqu’au minimum de 10 000 roubles) et à en garantir le montant (après la dernière réforme, le système de retraite repose principalement sur la capitalisation). Il a été décidé d’organiser une journée coordonnée de luttes dans les régions à l’automne, sous le slogan « Pour une retraite décente ! ». L’atelier s’est terminé sur la décision des retraités de Novossibirsk, de fonder le mouvement des retraités de la région, et d’ouvrir une consultation juridique et militante régulière sur ces questions.

C’est l’atelier consacré aux problèmes du logement qui a rassemblé le plus de monde. L’accent a été mis sur les expériences d’auto-organisation et de résistance, notamment sur le terrain de la réforme du mode de gestion des immeubles, des constructions sauvages, des habitants des foyers de travailleurs menacés d’expulsion, des petits épargnants tombés victimes d’opérations immobilières frauduleuses, de la rénovation d’un parc de logements de plus en plus vétustes, résultat de la nouvelle politique du logement et du développement urbain, marquée par la privatisation accélérée des services urbains et par l’encouragement à la spéculation immobilière.

Sur toutes ces questions et d’autres encore, des expériences très réussies sont menées dans beaucoup de villes, à la fois par la voie juridique et par les moyens de lutte. À l’issue du travail de l’atelier, il est apparu évident que la majeure partie des participants, plutôt que de rester sur les positions traditionnelles en Russie et d’attendre tout d’un État paternaliste, se rassemblait plutôt autour de l’idée de l’autogestion hors des structures d’un État corrompu et allié des structures immobilières mafieuses.

Décision a été prise de mener en commun cet automne une action en défense du droit au logement et à l’autogestion, en appelant tous les réseaux et régions à y participer.

L’atelier syndical a rassemblé des représentants de plusieurs syndicats en lutte et en proie à la répression antisyndicale. Les participants ont d’abord salué le courage des ouvriers de l’usine automobile AvtoVAZ (voitures Lada), en grève d’avertissement le 1er août et constaté un rebondissement du mouvement syndical en Russie. Les nouveaux conflits du travail portent moins sur le problème du non-paiement du salaire, moins fréquent qu’auparavant, mais plutôt sur celui du niveau de salaire, des conditions de travail (notamment les questions de la sécurité et des heures supplémentaires). Les intervenants ont rappelé la multiplication des tragédies dans les mines du Kouzbass, dues au non-respect des normes de sécurité au nom du profit à tout prix ou de la course à l’augmentation du salaire (encore à la pièce dans la plupart des entreprises). Quant aux moyens de lutte, il a été noté la nécessité de soutenir la dynamique de création de nouveaux syndicats libres et de les défendre solidairement contre les répressions (licenciements, discriminations, etc.). En second lieu, la grève a été jugée comme le moyen le plus efficace mais également dangereux, le nouveau Code du travail de 2002 rendant la grève légale pratiquement impossible. Décision a donc été prise d’entamer une campagne pour la réalisation du droit à la grève. Finalement, le sabotage ou la grève du zèle ont été jugés le moyen le plus sûr de lutte ; méthode d’ailleurs la plus utilisée par les syndicats dans la période actuelle.

Cet atelier a également abordé le thème de la solidarité, jugée indispensable tant par les syndicalistes que par les représentants des mouvements sociaux, ce qui a abouti à l’adoption d’une déclaration insistant sur la nécessité d’un rapprochement entre ces deux segments des mobilisations.

Les enseignants et étudiants participant à l’atelier « Education » ont discuté une journée entière des réformes en cours qui aggravent la paupérisation du personnel tout en remettant en cause la gratuité et la qualité de l’enseignement, par la voie de privatisations massives et de la commercialisation des « services » d’éducation. Avec le réseau « Éducation pour tous » une action interrégionale a été prévue après la rentrée scolaire pour la défense du droit à l’éducation.

Enfin, l’atelier Écologie a surtout porté sur l’inconséquence de la politique de la ville et a largement recoupé les débats de l’atelier sur le droit au logement. Les participants ont également adopté une résolution, en soutien aux militants écologistes ayant tenu un camp de protestation pendant tout le mois de juillet dans la région d’Angarsk (près d’Irkoutsk), contre le Centre international de retraitement des déchets nucléaires.

Rappelons que le 21 août des jeunes skinheads ont assailli le camp, blessant plusieurs militants et provoquant la mort de l’un d’entre eux.

Le deuxième jour du Forum était placé sous le signe des débats. Le plus riche en avancées, tant pratiques qu’analytiques, portait sur la question de la solidarité dans les luttes. Ce fut une des rares occasions d’autoréflexion sur l’activité militante par les militants eux-mêmes, chacun s’appuyant sur ses propres expériences dans son domaine respectif. De l’inédit encore en Russie.

Le second débat, qui portait sur les rapports entre mouvements sociaux et partis politiques, a été moins houleux que ce que l’on aurait pu attendre, preuve que les « politiques » et les « sociaux » présents au Forum s’étaient déjà frottés les uns aux autres et acceptaient, à certaines conditions en tout cas, une coopération profitable aux deux parties. Réunis en séance de clôture, les participants au Forum ont adopté une courte déclaration de bilan que nous reproduisons à la fin de cet article.

Il reste à ajouter que le travail s’est prolongé tard dans la nuit au pensionnat où étaient logés les participants non locaux. Dans la tradition conviviale de la Russie, les feux de camp et les baignades ont duré parfois jusqu’au petit matin. L’évènement a tellement revigoré les militants que rendez-vous a été pris pour l’année prochaine, sans doute à Omsk, avec dans l’idée d’organiser consécutivement deux Forums : le Forum européen de Russie et le Forum sibérien.

 

 

DÉCLARATION DU QUATRIÈME FORUM SOCIAL SIBÉRIEN ET DE L’ASSEMBLÉE DES MOUVEMENTS SOCIAUX ET SYNDICAUX DE RUSSIE

 

Nous, représentants d’associations, de syndicats, membres de nombreux groupes d’initiatives locales, ayant des opinions politiques différentes, et prenant part au Forum Social de Sibérie, déclarons :

 

Ces dernières années en Russie s’est renforcée l’offensive contre les droits sociaux, écologistes, politiques, ainsi que contre les droits liés au logement et à la question de la terre, attaque résultant d’une politique dirigée contre les intérêts du peuple et menée par les dirigeants du pays. Cette situation n’est pas liée aux erreurs d’un gouvernement, ni à la personnalité de tel ou tel représentant du pouvoir, mais au système social et politique s’affirmant dans le pays et dans le monde de la globalisation, un système fondé sur la transformation de l’homme et de ses capacités en marchandise, en objet d’exploitation et d’oppression. Cela ne pouvait pas ne pas provoquer de résistances au sein de la population de Russie qui commence aujourd’hui à se mobiliser dans toutes les régions du pays pour la défense de ses droits ; et cette lutte prend de plus en plus la forme d’actions collectives et solidaires. Un mouvement syndical réellement combattant est en voie de renaissance, un solide mouvement d’habitants se met en place, les retraités s’organisent, et les organisations écologistes et de défense des droits de l’Homme commencent à se mobiliser.

 

Nous sommes décidés à contribuer à ce réveil de la société, à sa prise de conscience et au progrès de l’auto-organisation des citoyens. Nous lançons un appel à la solidarité dans la résistance à la politique antisociale des pouvoirs, une solidarité entre les citoyens, les mouvements sociaux et politiques, les villes et régions du pays. L’échange d’expériences, un travail suivi sur des problèmes concrets, la défense juridique, la proposition de projets alternatifs de formation sociale, des formes de vie économiques et culturelles, l’organisation d’actions de protestation massives et « ciblées », la coordination des actions collectives au niveau de la ville, de la région et de tout le pays – telle est la voie de notre lutte. La liberté et la justice sociale – tel est notre objectif !

 

Les participants au quatrième Forum Social Sibérien (250 participants de 32 régions de Russie).