Solidaire international > Russie

 

Russie

Chronologie

 

mise en ligne : 31/01/2007

Chronologie

1985 Gorbatchev est désigné Secrétaire général du PCUS et proclame la “glasnost`” (relâchement partiel de la censure).

1987 Gorbatchev proclame la Perestroïka : réforme du marché (sans privatisation ni abandon de la planification) et “démocratisation” bien contrôlée.

1989 Grève en juillet de 400 000 mineurs de charbon. En plus des revendications économiques, les mineurs revendiquent la fin des privilèges bureaucratiques, le renvoi de fonctionnaires corrompus, et des élections démocratiques aux soviets locaux. Les mineurs de Vorkouta dans le grand Nord lancent en octobre un appel au travailleurs de l’Union soviétique qui déclare : “L’expérience des grèves économiques montre que sans le démantèlement décisif du système totalitaire-bureaucratique les revendications économiques sont inutiles.”

1990 En octobre, le deuxième congrès des mineurs crée le Syndicat indépendant des mineurs, en concurrence avec le Syndicat des travailleurs de l’industrie des charbonnages. Gorbatchev abandonne la Perestroïka en faveur de la restauration du capitalisme, mais ses hésitations suscitent l’opposition d’Eltsine et de ses partisans.

1991 En mars, des grèves économiques dispersées éclatent dans les charbonnages. En Sibérie les mineurs, en appui d’Eltsine, revendiquent la démission de Gorbatchev. En avril, la hausse des prix de biens de consommation de base insuffle une nouvelle vie dans la grève des mineurs, qui se répand aux autres secteurs et devient générale en Biélorussie pendant la plus grande partie du mois d’avril. Gorbatchev démissionne fin 1991. C’est la fin de l’URSS.

1992 En début d’année, la “thérapie de choc” déclenche l’hyper-inflation et une profonde dépression économique qui durera jusqu’en 1999.

1993 Fin septembre - début octobre 1993 : coup d’État d’Eltsine contre le Parlement qui s’oppose à la poursuite de la thérapie de choc. Instauration de la “démocratie dirigée”.

1994-1998 La pratique du non-versement des salaires se répand, provoquant des grèves dispersées, le blocage de ponts et d’autoroutes.

1998 En mai, a lieu “la guerre du rail”: blocage des chemins de fer dans les régions minières pour protester contre le non-versement des salaires. De juin à septembre, le Syndicat indépendant des mineurs organise un campement devant le bâtiment principal du gouvernement à Moscou qui attire des délégués de syndicats indépendants de toute la Russie européenne et inspire l’organisation de campements similaires dans certaines autres villes. Trois revendications : démission d’Eltsine, réforme constitutionnelle pour soumettre l’exécutif au contrôle démocratique, politique économique axée sur les besoins populaires. En août, le krach du rouble réduit les salaires réels d’au moins 50 %, Eltsine renvoie son gouvernement néo-libéral et désigne E. Primakov, ancien conseiller de Gorbatchev, comme premier ministre. Celui-ci invite des communistes dans le gouvernement. Le 3 octobre, le syndicat indépendant des mineurs, ayant obtenu des concessions économiques pour les seuls mineurs, déclare la fin du campement à Moscou. Le 7 octobre 1998 des manifestations massives organisées conjointement par la FNPR et le Parti communiste demandent la démission d’Eltsine; on note dans les foules des directeurs d’entreprises, des entrepreneurs, des gouverneurs. Eltsine lui-même exprime sa sympathie mais refuse de s’en aller.

1999 Le krach financier d’août 1998 et la hausse du prix de pétrole relancent la croissance économique et mettent fin progressivement au non-versement des salaires. Les grèves deviennent de plus en plus rares.

2001 Campagnes des syndicats indépendants contre le nouveau Code de travail qui entre en vigueur le 1er janvier 2002.

Fin 2005-début 2006 Vague de manifestations des retraités contre la “monétarisation” de leurs avantages sociaux.