Solidaire international > Réunions internationales

 

Réunions internationales

DÉCLARATION FINALE DE LA CINQUIÈME ASSEMBLÉE DU RÉSEAU SYNDICAL ALTERNATIF EUROPÉEN

 

novembre 2005

mise à jour : avril 2006

 

RENCONTRE SYNDICALE EUROPÉENNE

 

L’union syndicale Solidaires a la volonté de construire un réseau syndical européen avec toutes les forces syndicales en Europe, appartenant ou pas à la CES (Confédération européenne des syndicats), mais qui partagent l’idée d’un syndicalisme de luttes et de transformation sociale, et sont critiques vis-à-vis des orientations actuelles de la CES. Cette démarche n’est pas simple à faire vivre car les histoires et les cultures syndicales sont très diverses d’un pays à un autre ; mais elle est indispensable pour construire les solidarités et les mobilisations européennes et internationales face aux multinationales et aux institutions internationales comme le G8, l’OMC ou la Banque mondiale…. Une rencontre européenne a eu lieu en ce sens les 25, 26 et 27 novembre 2005 à Paris ; c’était la cinquième du genre. Elle a adopté un appel qui propose des axes de travail pour l’année 2006.

 

DÉCLARATION FINALE DE LA CINQUIÈME ASSEMBLÉE DU RÉSEAU SYNDICAL ALTERNATIF EUROPÉEN

 

 Le Réseau Syndical Alternatif Européen a tenu sa 5ème assemblée les 25, 26 et 27 novembre à Paris. Ont participé à cette rencontre les organisations syndicales suivantes : CGT (Espagne), CNT (France), UniCOBAS (Italie), SinCOBAS (Italie), CUB (Italie), Union syndicale SOLIDAIRES (France), LAB (Pays Basque), SUD Vaud et Genève (Suisse), la tendance intersyndicale Emancipation (France), des militantes et militants du réseau international TIE et des syndicats suisses (Comedia, Syndicat Services Publics)...

Partout en Europe, les attaques s’accélèrent contre les travailleurs et les travailleuses, leurs acquis sociaux, contre les services publics et contre tous les mouvements sociaux qui résistent à ces attaques. Les luttes sociales qui se développent dans les différents pays, la victoire du "Non" au traité constitutionnel européen en France et aux Pays-Bas confirment le rejet du modèle social libéral que le patronat et les gouvernements veulent imposer aux populations.

 

Dans cette situation, nous réaffirmons notre volonté de combattre ces politiques libérales en participant, par nos analyses et nos actions, à la construction des rapports de forces pour imposer une autre construction de l’Europe sur d’autres bases : une Europe qui donne la priorité aux droits fondamentaux, au respect du droit de grève et des libertés syndicales et au partage des richesses, au respect des acquis sociaux et au rejet de toutes les précarités, à l’amélioration des conditions de travail, à la défense et au développement des services publics.

 

 Notre réseau réaffirme sa volonté de s’élargir à toutes les forces syndicales en Europe, qui veulent développer les luttes et s’opposer explicitement, au-delà des frontières des États, au processus de globalisation du capital.

Nous voulons construire des outils de rassemblement permettant de mettre en commun nos expériences, de confronter nos orientations et surtout de faire converger nos actions pour un syndicalisme de lutte et de transformation sociale.

Nos diverses expériences, que nous soyons membres ou non de la CES, ont montré le refus de la CES de s’engager véritablement dans ce travail de coordination et de mobilisation. Au contraire, la CES accompagne les orientations libérales actuelles de l’Union Européenne.

 

En conclusion de ses travaux de Paris, notre réseau s’est engagé à résister à la politique des patronats et des gouvernements européens, à combattre les politiques découlant du processus de Lisbonne, en particulier la directive Bolkestein et toutes les autres directives de libéralisation (postes, chemins de fer...).

Il a affirmé sa volonté de populariser et soutenir les mobilisations sociales se développant dans nos différents pays et d’aider à leur coordination, comme dans le secteur de l’automobile (cf. la déclaration sur ce secteur).

Il a réaffirmé la nécessité de développer la solidarité internationale et le soutien aux hommes et aux femmes qui luttent partout dans le monde pour leur libération et la reconnaissance de leurs identités collectives.

Une rencontre avec un militant palestinien a concrétisé cette démarche.

 

Notre réseau a pris les décisions suivantes pour rendre plus efficace son travail :