Solidaire international > Europe

 

Europe

Les mobilisations européennes contre le chômage et la précarité

Marches européennes contre le chômage, la précarité et les exclusions / Euromarches

Michel Rousseau*

mise à jour : avril 2006

 

Au printemps 1996, face à la persistance du chômage de masse et de longue durée (20 millions de chômeurs et 50 millions de pauvres dans l’Union européenne de l’époque), des associations et syndicats se réunissent en juin à Florence. Ils lancent ensemble un défi : organiser, avec toutes les organisations qui le veulent, sans exclusive, des marches européennes contre le chômage, la précarité et les exclusions en juin 1997, à l’occasion de la Conférence intergouvernementale de l’Union européenne. Partis de Finlande, de Sarajevo, de Tanger, etc. les marcheuses et les marcheurs traversent, pendant deux mois, tous les pays de l’UE avant de converger dans les rues d’Amsterdam, rejoints par 50 000 manifestant(e)s (1).

Autour de cette initiative s’étaient retrouvées, au niveau européen, les associations les plus diverses de nombreux pays de l’Union européenne et des organisations syndicales aussi différentes que le DBG (2) de Thuringe, la FIOM-CGIL (3) et les SinCobas (4) en Italie, les TUC britanniques (5), des syndicats de la FGTB en Belgique (6), plusieurs syndicats SUD et le SNUI (7) en France, ainsi que deux organisations issues de la tradition anarcho-syndicaliste : la CGT espagnole (voir encadré) et le syndicat SAC (8) de Suède. Une telle convergence aurait été impensable dans les cadres nationaux et préfigurait le processus de rassemblement des forums sociaux.

Dans la foulée de cette mobilisation s’est constitué le réseau européen des Marches européennes/Euromarches. Il s’agit en fait d’un centre d’initiative et d’une coordination souple, horizontale et à géométrie variable à l’échelle européenne d’associations et de structures syndicales en lutte contre le chômage et la précarité. Cette coordination permet d’échanger les informations entre les pays, de suivre au plus près les politiques de l’UE et de préparer ensemble initiatives et campagnes communes. Essentiellement ancré à l’Ouest de l’Union européenne, le réseau a été rejoint récemment par des collectifs de Pologne.

Après avoir fait le bilan d’Amsterdam, lors de l’université de Chalkidiki (Grèce) en 1998, le réseau des Marches européennes mobilisa à l’occasion de tous les sommets de l’Union européenne et fit connaître les décisions scandaleuses prises dans le cadre des Grandes orientations de politiques économiques (GOPE) de l’Union européenne. Au lieu de lutter contre le chômage, l’Union européenne se mit à faire la chasse aux chômeurs. Au sommet de Lisbonne en 2000, elle initia le processus de précarisation des emplois dont on perçoit aujourd’hui les effets dévastateurs.

Du projet de Charte des droits fondamentaux, à Nice en 2000, au projet de Constitution européenne, les Marches européennes/Euromarches ne cessèrent jamais de dénoncer des textes consacrant la fin des droits sociaux. En juin 2003, à l’occasion du sommet de Thessalonique, les Euromarches participèrent à la création d’un réseau européen pour les droits sociaux et fondamentaux. En mars 2004 ,elles organisèrent une grande conférence à Bruxelles sur les droits sociaux dans l’Europe élargie : « Pour une solidarité Est/Ouest des mouvements sociaux » (9).

Il est en effet urgent d’élaborer des propositions concrétisant l’autre Europe que nous voulons. C’est le sens de la participation active des Marches européennes/Euromarches dans les forums sociaux et les réseaux qu’ils ont générés : en particulier le réseau européen contre la précarité et celui pour une « Charte des principes pour une autre Europe ».

Dix ans après la constitution du réseau, les Marches européennes/Euromarches, avec toutes les forces associatives, syndicales et politiques qui le souhaitent, veulent non seulement faire le point sur la situation des chômeuses, des chômeurs et des précaires aujourd’hui dans l’Union européenne élargie, mais avancer aussi sur l’élaboration de campagnes et revendications communes capables d’unifier nos luttes à l’échelle européenne et mobiliser à cet effet. C’est le sens de notre participation active aux Marches 2007 vers Heiligendamm, la meilleure façon de fêter nos dix ans !

 

* Michel Rousseau fait partie de l’équipe d’animation des «Marches européennes/Euromarches». www.euromarches.org/ Postier syndiqué à Sud PTT, il participe également depuis des années à «Agir ensemble contre le chômage – AC !» www.ac-chomage.org et à la «Fondation Copernic». www.fondation-copernic.org/Quisomns.htm

 

Notes

1. Un film de Patrice Spadoni et Canal Marches relate cette « épopée ». www.canalmarches.org

2. Le DGB est de loin la principale confédération syndicale allemande. Voir la revue Solidaires international n°1 Panorama syndical. La Thuringe est une des régions (Länder) du centre de l’Allemagne peuplée de 2,45 millions d’habitants.

3. La FIOM-CGIL est la Fédération de la métallurgie de la principale confédération syndicale italienne. En l’an 2004, la FIOM revendiquait 363 326 adhérents. www.fiom.cgil.it/internazionale/mots.htm  Voir aussi la revue Solidaires international n° 1. Panorama syndical

4. Les SinCobas font partie des organisations syndicales « de base ». Le « Syndicat intercatégoriel des comités de base » ou « SinCobas » www.sincobas.org  était au départ principalement implanté dans le secteur privé et notamment à Fiat. Aujourd’hui, la moitié de ses 10 000 adhérents appartiennent à la Fonction publique et aux secteurs précaires. Voir aussi la revue Solidaires international n° 1. Panorama syndical.  Les SinCobas participent, aux côtés de Solidaires et de la CGT-E, à la construction d’un réseau syndical alternatif européen. Réseau : rencontres syndicales européennes (novembre 2005)

5. Les TUC, la seule confédération syndicale existant au Royaume-Uni, compte plus de 7 millions d’adhérents. Elle ne s’est ensuite à nouveau impliquée dans ce processus que lors du Forum Social Européen de Londres en 2004. Voir dans  la revue Solidaires international n° 1 : Panorama syndical .

6. La FGTB est la seconde confédération belge avec 1,3 millions d’adhérents. Elle est restée dans le réseau par le biais de sa commission chômeurs. Voir dans  la revue Solidaires international n° 1 : Panorama syndical

7. Le SNUI est en France la première organisation syndicale de l’Administration des impôts. Il obtient près de la moitié des voix aux élections professionnelles et compte 21 000 adhérents, soit un salarié sur trois. C’est un des syndicats fondateurs de l’Union syndicale Solidaires. http://www.snui.fr/gen/who/who.html

8. La SAC, Organisation centrale des travailleurs (Suède), existe depuis 1910 www.sac.se/en La SAC aurait environ 9 000 membres. http://eurofound.europa.eu/emire/SWEDEN/ANCHOR-SYNDIKALISM-SE.html À noter que le trois principales confédérations suédoises ont respectivement 1,9 million adhérents (LO), 1,3 million (TCO) et 550 000 (SACO). Le taux de syndicalisation est en Suède de 83 %.

9. Actes publiés aux éditions Syllepse en français, anglais et hollandais (122 pages, 7 euros). www.syllepse.net/lng_FR_srub_36_iprod_230-Les-droits-sociaux-dans-une-Europe-elargie.html  

 

 

 

La CGT d'Espagne

 

La CGT est considérée comme la troisième organisation syndicale d’Espagne derrière les Commissions ouvrières (CC-OO) et l’Union générale du travail (UGT). Elle compte un nombre d’affiliés estimé à 60 000 adhérents (les CC-OO et l’UGT revendiquant respectivement 970 000 et 900 000 adhérents). Les moyens financiers de la CGT-E proviennent à 90 % des cotisations des membres, et l’État ne verse qu’une somme symbolique. Dans le secteur privé, c’est dans les banques, la métallurgie, les télécommunications et le nettoyage que la CGT est la mieux implantée. Dans le public, c’est dans les chemins de fer, la poste, les collectivités territoriales et dans les télévisions régionales autonomes qu’elle est la plus présente. Elle intervient dans d’autres domaines grâce à ses groupes d’action sociale et ses commissions (antimilitarisme, femmes, jeunes, écologie). Source : site de la CGT-E www.cgt.es/modules.php?name=News&file=article&sid=3017

La CGT-E participe, aux côtés de Solidaires et des SinCobas à la construction d’un réseau syndical alternatif européen. Voir : Réseau : rencontres syndicales européennes (novembre 2005)

 

 

 

 

Les réseaux militants en Europe

 

Depuis une dizaine d’années, les réseaux militants se multiplient. Il n’est pas toujours facile de s’y retrouver...

Leur caractéristique commune est la mise en commun d’analyses, de projets et d’actions au sein de structures souples de coordination : chaque organisation garde son identité, le réseau regroupe les forces pour une plus grande efficacité. Ces réseaux sont à géométrie variable suivant le champ qu’ils veulent couvrir et parfois se recoupent. Les liens entre ces structures tissent une sorte de toile informelle, différente des modes d’organisation pyramidale du siècle dernier.

 

Le Réseau de Convergence des Mouvement Sociaux (RCMS) http://rcms.samizdat.net  regroupe, comme « membres » ou « observatrices » des structures syndicales (Union Syndicale Solidaires, Confédération Paysanne, FSU), des réseaux de luttes comme les Marches européennes/Euromarches, No-Vox, et des associations à thème spécifique.

 

Les Euromarches www.euromarches.org  sont un réseau européen de lutte contre le chômage et la précarité. En France, les Euromarches regroupent en particulier :

 

No Vox www.novox.ras.eu.org  regroupe au niveau européen, voire au-delà (Japon, Brésil, Mali...), des organisations de « sans », notamment dans le cadre de la participation aux Forums sociaux européens et mondiaux. On y retrouve les organisations de chômeurs déjà citées, mais aussi les organisations de sans-logement, de SDF, de sans-papiers et notamment en France :

 

 

 

 

 

Les « Marches en Europe 2007 »

 

Les « Marches en Europe 2007 » sont soutenues par le Réseau de Convergence des Mouvements sociaux » (RCMS): http://rcms.samizdat.net  et la Marche mondiale des femmes www.marchemondiale.org

Organisations membres ou observatrices du RCMS :

Confédération paysanne www.confederationpaysanne.fr

Construire un monde solidaire www.monde-solidaire.org/index.php

Réseau Education Sans Frontières (RESF) www.educationsansfrontieres.org

Regarde à vue http://regardeavue.com

Union Syndicale Solidaires www.solidaires.org

Campagne Civile Internationale Pour la Protection du Peuple Palestinien (CCIPP) www.protection-palestine.org

Culture et Liberté www.culture-et-liberte.asso.fr

No-Vox www.novox.ras.eu.org

Agir ensemble contre le chômage (AC !) www.ac-chomage.org

Apeis www.apeis.org Euromarches www.euromarches.org

Comité des Sans-Logis http://asso.francenet.fr/cdsl

Mouvement National des Chômeurs et des Précaires (MNCP) http://mncp.mncp.free.fr

Fédération Syndicale Unitaire (FSU) www.fsu.fr

Association des Travailleurs Maghrébins en France (ATMF) www.atmf.ras.eu.org

Droits Devant ! www.droitsdevant.org 

Initiative Pour un Autre Monde (IPAM) www.reseau-ipam.org/index.php

Réseau sortir du nucléaire www.sortirdunucleaire.org

Banlieues du monde 93

Droit au Logement (DAL) www.globenet.org/dal

Stop Précarité www.stop-precarite.org

Attac www.france.attac.org

Vamos www.intergalactique.lautre.net

 

Pour participer à ces initiatives : secretariat-marches2007@ras.eu.org

Pour les infos, inscrivez-vous sur la liste marches-en-europe-2007@ras.eu.org

Soutien financier : chèques à l’ordre de « Marches en Europe » à faire parvenir à : « Marches en Europe » c/o Les amis de No Vox 21 ter rue Voltaire 75011 PARIS