Solidaire international > Allemagne

Allemagne   Panorama syndical

mise à jour : avril 2006

 

Population : 82,5 millions

Nombre de syndiqués : 8,9 millions

Taux de syndicalisation : 22 % à 28 %

 

Même s’il y a 8,9 millions de syndiqués en Allemagne, 20 % d’entre eux sont retraités. D’où un taux de syndicalisation se situant suivant les études entre 22 % et 28,7 %. Ce taux de syndicalisation relativement faible n’a cessé de baissé depuis 15 ans. Il était en effet de 40,6 % en 1991 et de 35 % en 1995.

 

DES DISPARITÉS IMPORTANTES EXISTENT

 

Le taux de syndicalisation est plus forte parmi les travailleurs manuels des usines, ainsi que dans les services publics. Il serait par exemple supérieur à 80 % dans la métallurgie, et beaucoup plus faible dans les PME et dans les services appartenant au secteur privé. Au sein du DGB, les fonctionnaires représentent 64 % des syndiqués, les ouvriers 39 % et les employés 19 %, En ce qui concerne le DGB, le taux de syndicalisation est supérieur à 40 % à Brême et dans la Sarre, contre 18 % en Bavière. Les syndicats disposent d’importantes caisses de grève permettant de compenser en grande partie les pertes de revenus liées aux grèves. Réservée aux membres du syndicat, l’indemnité est calculée en fonction notamment de l’ancienneté d’affiliation et du montant de la cotisation versée. Par ailleurs, pour infléchir la baisse de la syndicalisation, les syndicats ont développé, au cours des 15 dernières années, toute une gamme de services aux adhérents.

L’HÉGÉMONIE DE LA CONFÉDÉRATION DGB

- Le DGB est la principale confédération avec 7,4 millions de membres, soit 83 % des syndiqués allemands. Ses effectifs ont baissé de 37,2 % entre 1990 et 2003, et cela malgré l’intégration des 460 000 membres du syndicat autonome DAG lors de la création de Ver.di. Le DGB syndique toutes les catégories de salariés.

- Le DBB est seul concurrent notable du DGB avec 1,2 million de membres, soit 13,5 % des syndiqués allemands. Ses effectifs ont augmenté de 16% depuis 1990. Le DBB est présent dans le secteur public

- La CGB, une confédération chrétienne, compte autour de 300 000 membres, soit 3 % du nombre total de syndiqués.

- On trouve également des petits syndicats représentant une catégorie particulière de salariés comme par exemple les pilotes d’avions, les médecins, les employés de banque, les journalistes, etc. A contre-courant du processus de concentration, ce type de syndicat se multiplie.

 

LES RELATIONS ENTRE SYNDICATS ET PARTIS

 

Historiquement lié au SPD (parti socialiste), le DGB insiste aujourd’hui beaucoup sur son absence de lien formel avec tout parti. Il met en avant qu’au moins un membre de son exécutif national est membre du CDU, le parti chrétien-démocrate. Il y a également quelques membres de la CDU parmi les dirigeants des différents syndicats. Il n’en reste pas moins que le positionnement général des syndicats, et de la plupart de leurs responsables, est proche du SPD, même si certains dirigeants importants soutiennent les Verts. La DBB affirme également être indépendant de tout parti politique, et accuse le DGB d’être trop proche du SPD. La CGB continue par contre à se référer explicitement aux valeurs chrétiennes.

 

LA STRUCTURATION DES CONFÉDÉRATIONS

 

Les syndicats du DGB sont historiquement organisés par branche d’industrie. La structuration mise en place après 1945, lors de la création du DGB, est restée largement inchangée pendant de nombreuses années. Depuis le début des années 1990, cependant, un nombre important de fusions ont eu lieu qui ont modifié profondément le paysage. - Ver.di est maintenant le syndicat le plus important avec 2,6 millions de membres. Ver.di a été créé en mars 2001 par la fusion de 5 syndicats comprenant une partie des transports et des services publics, le commerce et les services financiers, la poste et les télécommunications, le secteur des activités graphiques et de communication, ainsi qu’une structure concernant les employés, le DAG, qui ne faisait pas auparavant partie du DGB. Ver.di cherche désormais à syndiquer à la fois les travailleurs du privé et ceux du public. - IG Metall, le syndicat des métallos, a été pendant des décennies le syndicat allemand le plus important. Il est maintenant à la deuxième place avec 2,5 millions de membres. Il a pris en 1997 le contrôle du syndicat du textile, et en 1999 celui du syndicat du bois et des matières plastiques. - IGBCE arrive en troisième position avec 834 000 membres. Il concerne les salariés de la chimie et de l’énergie, dont les syndicats ont fusionné en 1997.

- Ces trois syndicats sont très puissants, et ont certainement davantage de ressources que le DGB lui-même. Les fusions récentes ont également amélioré le rapport des forces en leur faveur : il n’y a en effet plus que 8 syndicats nationaux dans le DGB, et les 3 premiers regroupent 81 % du nombre total d’adhérents du DGB. A eux deux, Ver.di et IG Metall regroupent plus de 57 % des syndiqués allemands. Le DBB est composé de 38 syndicats, chacun d’entre eux couvrant une partie donnée du secteur public et les entreprises publiques ayant été privatisées. Dans ces secteurs, 59 % des salariés sont affiliés au DBB, contre 38 % au DGB. De par leur statut, un certain nombre des adhérents du DBB ne peuvent pas participer aux grèves. Leur rémunération et leurs droits ne sont pas négociés. Un tiers des adhérents du DBB sont par contre régis par le droit commun, et le DBB négocie en leur nom la convention collective dont ils dépendent.

 

LES 8 FÉDÉRATIONS DU DGB

 

Ver.di - Vereinte Dienstleistungsgewerkschaft

Fédération unifiée des services

http://www.verdi.de

35,5 % des effectifs du DGB

Le président de Ver.di, Bsirske, appartient au parti des verts allemands (Grünen)

 

IG Metall

Fédération de la métallurgie

http://www.igmetall.de

34,5 % des effectifs du DGB

 

IG Bergbau, Chemie, Energie

Fédération des mines, de la chimie et des énergies

http://www.igbce.de

10,9 % des effectifs du DGB

 

IG Bauen-Agrar-Umwelt

Fédération de la construction, de l’agriculture et de l’environnement

http://www.igbau.de

6,3 % des effectifs du DGB

 

Transnet

Syndicat des cheminots allemand

http://www.transnet.org

3,8 % des effectifs du DGB

 

Gewerkschaft Erziehung und Wissenschaft

Fédération de l’éducation et la recherche

http://www.gew.de

3,5 % des effectifs du DGB

Gewerkschaft Nahrung-Genuss-Gaststätten

Fédération de l’alimentation et de l’hôtellerie

http://www.ngg.net

3,2 % des effectifs du DGB

 

Gewerkschaft der Polizei

Fédération de la police

http://www.gdp.de

2,5 % des effectifs du DGB